Infirmier Pratique Avancée : ce qui change concrètement

Les textes sont publiés au Journal officiel, ils définissent le périmètre d’intervention des infirmiers en pratique avancée (IPA). Ils élargissent le périmètre de l’exercice infirmier vers le domaine médical. Une nouvelle arme contre les déserts médicaux ? mais dans le détail qu’est-ce qui change ? Suivez le guide…

Ils pourront suivre (avec leur accord) des patients confiés par un médecin de l’équipe de soins sur la base d’un protocole d’organisation précisant les modalités de leur travail en commun. Ainsi, les infirmiers ré-adresseront leurs patients au médecin, lorsque les limites de leur champ de compétences seront atteintes.

Le décret publié le 19/07/18 définit officiellement les domaines d’intervention et les activités de l’IPA.

 

Domaines d’intervention et liste des pathologies concernées

Les domaines d’intervention concernant l’IPA sont :

  • Pathologies chroniques stabilisées
  • Prévention et polypathologies courantes en soins primaires
  • Oncologie et hémato-oncologie
  • Maladie rénale chronique, dialyse, transplantation rénale.

 

Les pathologies “stabilisées” concernées :

  • Accident vasculaire cérébral
  • Artériopathies chroniques
  • Cardiopathie, maladie coronaire
  • Diabète de type 1 et diabète de type 2
  • Insuffisance respiratoire chronique
  • Maladie d’Alzheimer et autres démences
  • Maladie de Parkinson
  • Épilepsie

Cette liste de pathologies est définie dans l’arrêté publié 19/07/18 (également publié au Journal Officiel)

 

Selon le décret, l’IPA pourra :

  • Conduire un entretien avec le patient et procéder à son examen clinique
  • Conduire toute activité d’orientation, d’éducation, de prévention ou de dépistage qu’il juge nécessaire
  • Effectuer tout acte d’évaluation et de conclusion clinique
  • Tout acte de surveillance clinique et paraclinique,
  • Adapter le suivi du patient en fonction des résultats des actes techniques
  • Effectuer ou prescrire des examens complémentaires
  • Evaluer les risques liés aux traitements médicamenteux et non médicamenteux
  • Effectuer des actes techniques
  • Demander des actes de suivi et de prévention inscrits sur les listes établies par arrêté
  • Prescrire des médicaments ou dispositifs médicaux non soumis à prescription médicale obligatoire
  • Prescrire des examens de biologie médicale dont la liste est établie
  • Renouveler, en les adaptant si besoin, des prescriptions médicales, dont la liste est également établie

 

La liste des actes techniques

Liste des actes techniques que l’IPA est autorisé à effectuer sans prescription médicale et à en interpréter les résultats pour les pathologies dont il assure le suivi :

  • Réalisation d’un débitmètre de pointe
  • Holter tensionnel, prélèvements de sang par ponction veineuse ou capillaire ou par cathéter veineux
  • Prélèvements de sang par ponction artérielle pour gazométrie
  • Prélèvements non sanglants effectués au niveau des téguments ou des muqueuses directement accessibles
  • Prélèvements et collecte de sécrétions et d’excrétions
  • Recueil aseptique des urines
  • Réalisation et surveillance de pansements spécifiques
  • Ablation du matériel de réparation cutanée
  • Pose de bandages de contention
  • Ablation des dispositifs d’immobilisation et de contention
  • Renouvellement et ablation des pansements médicamenteux, des systèmes de tamponnement et de drainage, à l’exception des drains pleuraux et médiastinaux
  • Pose de sondes vésicales en vue de prélèvement d’urines, de lavage, d’instillation, d’irrigation ou de drainage de la vessie, sous réserve des dispositions du troisième alinéa de l’article R. 4311-10
  • Pose de sondes rectales, lavements, extractions de fécalomes, pose et surveillance de goutte-à-goutte rectal
  • Appareillage, irrigation et surveillance d’une plaie, d’une fistule ou d’une stomie
  • Branchement, surveillance et débranchement d’une dialyse rénale, péritonéale ou d’un circuit d’échanges plasmatique

 

Liste des actes de suivi et de prévention

Liste des actes de suivi et de prévention que l’infirmier exerçant en pratique avancée est autorisé à demander, pour les pathologies dont il assure le suivi

  • Conseils hygiéno-diététiques adaptés
  • Examen de la vision, épreuves fonctionnelles sur l’œil
  • Rétinographie avec ou sans mydriase
  • Electrocardiographie (ECG) de repos
  • Mesure des pressions intravasculaires périphériques par méthode non effractive (Holter tensionnel, Tilt test)
  • Explorations fonctionnelles de la respiration
  • Electro-encéphalographie
  • Examens d’imagerie nécessaires au suivi du patient
  • Échographie-doppler des troncs supra-carotidiens
  • Doppler du greffon
  • Débit de fistule artério-veineuse

 

Liste des dispositifs médicaux

Liste des dispositifs médicaux non soumis à prescription médicale obligatoire que l’infirmier exerçant en pratique avancée est autorisé à prescrire

  • Dispositifs médicaux figurant dans la liste relevant de l’article L. 4311-1 du code de la santé publique
  • Aide à la déambulation : cannes, béquilles, déambulateur, embouts de canne
  • Aide à la fonction respiratoire : débimètre de pointe
  • Fauteuils roulants à propulsion manuelle de classe 1, à la location pour des durées inférieures à 3 mois
  • Prothèse capillaire
  • Prothèse mammaire externe

 

Liste des examens de biologie

Liste des examens de biologie médicale que l’infirmier exerçant en pratique avancée est autorisé à prescrire pour les pathologies dont il assure le suivi

HEMATOLOGIE :

  • Hémogramme (numération des hématies, des leucocytes et des plaquettes, dosage de l’hémoglobine, hématocrite, volume globulaire moyen, paramètres érythrocytaires, formule leucocytaire). 

IMMUNOLOGIE :

  • Phénotype HLA classe I (dans le cadre du domaine d’intervention en néphrologie)
  • Phénotype HLA classe II (dans le cadre du domaine d’intervention en néphrologie) 

HEMOSTASE ET COAGULATION :

  • Temps de Quick en cas de traitement anti-vitamine K (INR)
  • Mesure de l’activité anti-facteur X activé (anti-Xa) de l’héparine ou d’un dérivé héparinique 

MICROBIOLOGIE :

  • Examen cytobactériologique des urines (ECBU)
  • Prélèvement cutané ou muqueux. 

HORMONOLOGIE :

  • TSH
  • Parathormone (dans le cadre du domaine d’intervention en néphrologie) 

ENZYMOLOGIE :

  • Lipasémie
  • Phosphatases alcalines
  • Transaminases (ALAT et ASAT, TGP et TGO)
  • Gamma glutamyl transférase (G.G.T.)
  • Créatine phosphokinase (CPK)
  • Lactate déshydrogénase (LDH). 

PROTEINES MARQUEURS TUMORAUX VITAMINES :

  • Protéine C réactive (CRP)
  • Albumine
  • Folates sériques ou érythrocytaires
  • HbA1c (hémoglobine glyquée, suivi de l’équilibre glycémique)
  • Peptides natriurétiques (BNP, NT-ProBNP)
  • Ferritine
  • Marqueurs tumoraux (suivi d’un cancer selon les recommandations en vigueur)
  • Dosage de la 25-(OH)-vitamine D (D2 + D3) (dans le cadre du domaine d’intervention en néphrologie) 

BIOCHIMIE :

  • Glycémie
  • Acide urique
  • Phosphore minéral
  • Calcium
  • Urée
  • Créatinine avec estimation du débit de filtration glomérulaire (DFG) avec l’équation CKD-EPI
  • Créatinine avec estimation de la clairance de la créatinine (formule de Cockroft et Gault) pour surveillance
  • des traitements et ajustement des doses
  • Dosage de la bilirubine
  • Exploration d’une anomalie lipidique (EAL) (aspect du sérum, cholestérol total, triglycérides, cholestérolHDL et le calcul du cholestérol-LDL)
  • Bicarbonates ou CO2
  • Ionogramme (potassium, sodium, chlore, bicarbonates, protides totaux)
  • Saturation en oxygène (SaO2)
  • Gaz du sang 

URINES :

  • Protéinurie
  • Micro-albuminurie
  • Ionogramme (potassium + sodium)
  • Acétone
  • Acide urique
  • Calcium
  • Créatinine
  • Phosphore minéral 

PH :

  • Recherche de sang (hématies et/ou hémoglobine)
  • Glycosurie

 

Liste des prescriptions médicales

Liste des prescriptions médicales que l’infirmier exerçant en pratique avancée est autorisé à renouveler ou à adapter pour les pathologies dont il assure le suivi

  • Produits de santé en ce qui concerne les médicaments anti-cancéreux, le renouvellement ou l’adaptation de la prescription s’effectue dans le cadre d’une procédure écrite établie par le médecin
  • Actes infirmiers

 

Le « protocole d’organisation » détaillé

Le décret précise que la mise en place de l’organisation associé aux IPA nécessite un « protocole d’organisation ».
Ce protocole doit préciser les domaines d’intervention concernés et les modalités :

  • De prise en charge par l’IPA
  • D’échanges d’information entre le médecin et l’IPA
  • Des réunions de concertation pluriprofessionnelles (RCP) destinées à échanger sur la prise en charge des patients concernés et les conditions de retour du patient vers le médecin 

Les obligations pour le médecin

  • Déterminer les patients auxquels un suivi par un infirmier exerçant en pratique avancée est proposée
  • Informer le patient des modalités prévues de sa prise en charge par l’IPA.

Ces modalités doivent être définies dans un document annexé au protocole d’organisation, rempli et signé par le médecin.

L’ensemble des éléments obligatoires devant figurer dans ce protocole d’organisation sont listés dans les articles R. 4301-4, R. 4301-5, R. 4301-6

 

Conditions d’exercice pour L’IPA, diplôme et VAE :

L’infirmier est autorisé à exercer en pratique avancée, s’il remplit les conditions suivantes :

  • Obtenir le diplôme d’IPA,
  • Justifier de trois années minimum d’exercice en ETP de la profession d’infirmier

Le texte est entré en vigueur le 20/07/18 :
Le décret relatif au diplôme d’Etat d’IPA
L’arrêté relatif au régime des études en vue du diplôme d’Etat d’IPA

Les premiers étudiants seront accueillis, dès septembre prochain dans une dizaine d’universités accréditées. Un nouveau diplôme d’Etat reconnu au grade de master sera délivré, via une formation universitaire de deux ans (bac +5 au lieu de bac +3 pour le DE d’infirmier)

Des dispositifs de validation de l’expérience (VAE) et des connaissances déjà acquises par les infirmiers seront également mis en place par ces universités.

 

La rémunération

La ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, et la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal  dans un communiqué le 19/07 indiquent : cette nouvelle pratique et ces nouvelles compétences bénéficieront d’une reconnaissance en termes de statut et de rémunération, aussi bien dans le cadre de la fonction publique hospitalière qu’au sein des équipes de soins primaires.

 

L’exercice infirmier en pratique avancée est une première étape

L’exercice infirmier en pratique avancée est une première étape : Agnès Buzyn et Frédérique Vidal confirment qu’elle sera étendue à d’autres prises en charge et à d’autres professions paramédicales. Elles en attendent une amélioration de l’accès aux soins et un meilleur service rendu aux usagers, particulièrement à ceux atteints de maladies chroniques.

 

Article à télécharger en .pdf > ici <